Bientôt une boîte à idées pour toute la petite ceinture?

Bruxelles Mobilité a lancé sa démarche de consultation pour le réaménagement des espaces publics du tronçon Louise-Porte de Namur. En voilà une belle initiative, mais pourquoi un si mauvais timing et peu d’engagement vis-à-vis des citoyens ? A quand un vrai débat sur la Petite Ceinture dans son ensemble ?

Bonne nouvelle pour les Bruxellois : tous ont enfin l’occasion de donner leur avis… et à propos d’un beau projet, de surcroit. En effet, les plans projetés montrent une réelle volonté de changement et d’évolution en direction d’une ville plus agréable. Une ville où piétons et cyclistes reçoivent la place qu’ils méritent. Une ville avec davantage d’endroits où « se poser ». Une ville où marcher et flâner sur les grands boulevards est à nouveau tendance. Un ville où l’on peut à nouveau bruxeller !

Oui, mais… car il y a toujours un mais…

Lancer une enquête en pleine période d’été, c’est plutôt un mauvais timing. Entre les longs week-ends, les encore-plus-longues vacances, les tonnes d’emails au retour, les stages des petits… Vous imaginerez bien la liste complète des distractions estivales. La taux de participation risque d’être très réduit. Comment dès-lors assurer une démarche représentative ? Pas vraiment crédible, cette belle intention.

Bon, ne soyons pas trop négatifs. Cette consultation existe et il faut la saluer. Cependant, elle ne clarifie pas comment et jusqu’où les avis seront pris en compte. Pour l’instant, le processus semble se limiter à une simple « boite à idées en ligne » où l’on piochera les propositions compatibles au projet. Quelle place pour des idées alternatives, qui sortiraient du cadre prévu ?

Et comment s’assurer que ces avis ne seront pas oubliés plus tard dans le processus, comme ça a été le cas auparavant pour des projets similaires ? Ou qu’ils ne serviront pas à légitimer certaines décisions dans le futur ? Une belle valorisation de ce processus démocratique serait de s’engager à prendre en compte un besoin ou un avis dès qu’il atteint un certain quota. Comme on ne peut pas tout faire, pourquoi ne pas se concentrer sur les éléments prioritaires cités par les citoyens?

Le réaménagement de cet axe stratégique mérite plus qu’une simple récolte d’idées à propos d’un tronçon commerçant. Il doit plutôt s’organiser autour d’un processus où tous les acteurs, des habitants aux commerçants, des propriétaires aux associations, participent activement au projet. C’est finalement bien eux qui travaillent, vivent et sont la ville.

Le réaménagement de cet axe stratégique mérite plus qu’une simple récolte d’idées à propos d’un tronçon commerçant.

Au BRAL, on pense qu’il est temps de parler de la Petite Ceinture dans son ensemble. Établir une vision discutée entre toutes les personnes concernées. Pensons au-delà de l’autoroute urbaine qu’elle est aujourd’hui, et questionnons vraiment cette infrastructure du passé, comme l’a fait petiteceinture.be. C’est certain, le débat ne fait que commencer…

Florence Lepoudre, collaboratrice mobilité du BRAL – mouvement urbain pour Bruxelles.