BXL Plant II - A la recherche d'un Urbanisme Biosphérique avec Bas Smets

Bruxelles et ses eaux

Au cours des deux dernières siècles le système naturel de ruisseaux et de marais du territoire Bruxellois a graduellement été transformé en un système technique de canalisations et de bassins d'orage. Le fleuve central, la Senne, fut enterré sous le centre-ville, tandis que la majorité des huit affluents a été canalisée. Les fluctuations annuelles du fleuve entre le lit mineur et le lit majeur ont été remplacées par une emprise minimale et constante de l'eau, vers une évacuation toujours plus accélérée. Si la canalisation de l'eau a permis la maîtrise technique de son passage, sa capacité à recharger les nappes phréatiques a largement été perdue. Les eaux de pluies et de ruissellements ne sont plus une source de vie, mais sont devenues un problème d'inondations. L'étalement urbain ne cesse de réduire les surfaces perméables, augmentant le volume d'eau à évacuer. Un autre model d'habiter le territoire doit être développé, capable de réduire les risques liés à l'eau, tout en exploitant ses ressources.

Les eaux de pluies et de ruissellements ne sont plus une source de vie, mais sont devenues un problème d'inondations.

Géologie et météorologie

En 1926 Vladimir Vernadski développe la notion de «  biosphère  » comme la couche extérieure de la planète, créée par les végétaux. Grâce à la gravité de la terre, la biosphère fonctionne comme un système fermé, alimenté par les radiations solaires que les plantes transforment en énergie terrestre par la photosynthèse. La biosphère se distingue de la masse de la terre, et représente une force géologique, capable de transformer la planète.

L'espace habité par les hommes se limite à une fine couche dans la biosphère, qui se trouve entre le substrat et l'atmosphère. Trop souvent l'urbanisation n'a pris en compte, ni le dessous ni le dessus de la couche construite. L'urbanisation est à redéfinir comme l'interface intelligente entre les réalités géologiques et les effets météorologiques. A l'image d'une plante qui s'enracine dans le sol pour mieux capter l'énergie solaire, l'homme devrait être capable de s'installer intelligemment dans le sous-sol de son territoire pour mieux profiter des éléments météorologiques tels que le soleil, la pluie et le vent.

Trop souvent l'urbanisation n'a pris en compte, ni le dessous ne le dessus de la couche construite.

Urbanisme Biosphérique

Bruxelles, comme tant d'autres villes, s'est installée à proximité d'un cours d'eau, sur un territoire que ce dernier avait modelé. Les sols fertiles nourrissaient les habitants, tandis que l'eau les reliait au territoire. La transformation de ville en métropole a demandé un agrandissement de l'emprise constructible. L'eau a été refoulée, et le sol a été imperméabilisé. Aujourd'hui la conception de la métropole doit repenser la cohabitation avec l'eau et son substrat.

Nous ne sommes pas des hab itants de la terre ; nous habitons l'atmosphère - Emanuele Ceccia.

Un nouvel « Urbanisme Biosphérique » doit se positionner entre la géologie et la météorologie. Le projet du bassin versant du Molenbeek illustre cet urbanisme entre ciel et terre, améliorant les performances écosystémiques du paysage tout en augmentant les surfaces habitables.

Testcase Molenbeek

Le Molenbeek, un des huit affluents de la Senne, prend source en Flandre et traverse quatre communes de Bruxelles avant de se verser dans la Senne. Défini par le relief, le bassin versant consiste en la zone géographique qui recueille l'ensemble des eaux pluviales qui y tombe.

L'étude de la composition géologique de son sous-sol révèle trois couches très différentes. Dans la vallée, un lit argileux accueille le cours d’eau central vers lequel gravite l'ensemble des eaux pluviales du bassin. Autour de celui-ci, une bande d'alluvions forme un sol très fertile. Et en montant vers les crêtes, une couche sablonneuse permet l'infiltration des eaux sur les coteaux.

Une approche spécifique pour chacune des bandes assurerait la qualité de son écosystème tout en permettant de concevoir un projet urbain répondant à l'augmentation démographique. Nous proposons une transformation à long terme pour un changement radical en 2100. Les actions concentrées sur ces trois bandes, traversant le bassin versant comme trois horizons, feront émerger un nouvel urbanisme qui s'ancre dans la couche géologique pour mieux répondre au climat.

Le Lit Argileux

L'ancien lit majeur se caractérise par une couverture argileuse imperméable, formée par le dépôt de sédiments. Cette bande devrait être dédiée au stockage et à l'épuration naturelle des eaux. Toute nouvelle construction devrait être interdite et le bâti existant non renouvelé. La création de forêts humides, de marais et de prairies humides permettrait de restaurer un écosystème humide et de lutter contre les inondations. Une agriculture hydroponique pourrait optimiser le stockage des eaux. Les parcs existants le long du Molenbeek seraient intégrés dans un grand système de parc linéaire, reliés entre eux par des itinéraires pédestres et cyclables.

Les Rives Alluviales

Cette bande est caractérisée par les alluvions limoneux déposés par le cours d'eau au fil du temps. Ces alluvions confèrent aux sols une grande fertilité et offre l'opportunité de développer l'agriculture urbaine. Espace de transition entre l'espace vital du cours d'eau et le milieu urbain, cette bande pourrait avoir une réelle dimension communautaire et sociale. Des équipements sportifs en plein-air ainsi que de nouveaux bâtiments publics sur pilotis pourraient y être construits, répondant aux risques d'inondations.

Les Coteaux Sablonneux

Située sur les coteaux, cette bande correspond à l'affleurement d'une couche géologique composée de sables fins et de graviers. Très perméable elle constitue une zone de recharge de la nappe phréatique et d'alimentation du Molenbeek. Aujourd'hui, l'urbanisation s'est faite sans prendre en compte la capacité d'infiltration de cette bande. Un nouveau programme de construction pourrait être conçu permettant d'augmenter la surface habitée tout en diminuant l'emprise du bâti.

Cette bande peut devenir une zone privilégiée pour la construction de bâtiments plus hauts, libérant au sol des surfaces perméables. La plantation de bandes végétalisées suivant le relief permettrait de capter les eaux pluviales et de les infiltrer dans le sol. La végétation filtre ces eaux de ruissellement et capture les agents polluants. Ce système aura également pour effet de limiter l'érosion du sol et la surcharge du réseau d'assainissement.

Bas Smets

Le Bureau Bas Smets est l’une des cinq équipes qui examinent la question de plus en plus préoccupante des inondations dans les territoires urbanisés dans le cadre du BRUSSELS URBAN LANDSCAPE BIENNIAL (BULB) - RISING WATERS.

Comment gérer l’évacuation des eaux de pluies de manière intégrée ? L’architecture paysagère peut-elle apporter une réponse à de tels défis et comment ?

Ce titre renvoie aussi à une Expo à BOZAR avec les résultats du travail des cinq équipes. L’exposition est encore ouverte jusqu’au 6 janvier. Et gratuitement !

Plus d’info sur Bas Smets, son équipe et leur projets sur bassmets.be