BXL Plant II - Rapport intermédiaire

Ces messieurs sont les tout nouveaux directeurs de Perspective.Brussels et de la Société d’aménagement urbain. Nous les avions interviewés au lancement de « leur » service et avions consigné les bonnes résolutions ci-dessous. Deux ans, c’est un peu court pour les juger, mais faisons tout de même une tentative de distribution de smileys à chacune de ces résolutions. Une chose est claire : il y a encore du pain sur la planche ! (Voir article annexe)

  • Améliorer l’efficacité de la planification et de la réalisation :-I
  • Travailler avec différentes administrations, assurer la continuité entre les plans et la mise en œuvre :-I
  • Organiser une concertation préalable, non seulement avec les autres instances publiques et les promoteurs, mais aussi avec les riverains :-(
  • Préserver le caractère public des terrains détenus par les pouvoirs publics :-I
  • Veiller au maintien des activités de production :-)

Avant la création de ces deux instances, tout n’était pas rose pour l’aménagement du territoire à Bruxelles. Malheureusement, il n’y a eu que peu, voire pas d’amélioration depuis. Et nous pesons nos mots. Pour commencer, il y avait avant une plus grande ouverture concernant l’implication des Bruxellois dans l’élaboration des plans. Et nous nous demandons s’il n’y aurait pas un léger recul dans le domaine de la collaboration. L’Agence de développement territorial s’en sortait parfois mieux en tant que chef d’orchestre des services publics. Le point positif, c’est qu’aujourd’hui, le maintien d’activités de production au sein de la ville bénéficie d’une attention accrue.

Nous avons également analysé l’évolution de Urban.Brussels ainsi que son rôle dans le système. Il est encore trop tôt pour tirer un premier bilan de son fonctionnement.

Nous savons que des réformes de ce type doivent toujours surmonter une série de maladies de jeunesse, mais il apparaît clairement que tous les services doivent mettre le paquet pour réaliser les ambitions et les objectifs à l’origine de toutes ces réformes. À défaut, elles fonceront droit dans le mur. C’est à ça que sert un rapport intermédiaire : éviter ce mur !