Faire collectif à Bruxelles , l’initiative citoyenne et l’expérience «CitizenDev» - Léonor

Léonor, une cuisinière qui a les pieds sur terre

Léonor est engagée et volontaire à la Green Cantine du Community Land Trust Bruxelles (CLTB) dans le quartier Louise à Bruxelles. Dynamique et extravertie, elle participe à ce projet depuis fin 2019. Sa fibre culinaire et son envie de s’engager lui ont permis de faire ce qu’elle aime aujourd’hui : travailler avec des femmes venues de différents pays d’Afrique autour d’un projet culinaire commun.

 « Je décris mon parcours professionnel comme un grand voyage, composé de rencontres et d’opportunités ». Après ses études à l’Ichec, Léonor n’était pas très épanouie, sans pour autant regretter son choix d’études. « La cuisine a toujours été quelque chose qui m’a très fort animée » dit-elle, tout en expliquant qu’elle a eu beaucoup de mal à l’assumer et à se lancer dans cette voie. Du statut de freelance à son emploi chez Delhaize, en passant par une formation en cuisine aux Etats-Unis et en Angleterre, Léonor a pu explorer une grande variété de facettes du secteur alimentaire. Avec ses douze ans d’expérience professionnelle Léonor est arrivée, en tant que bénévole, dans le projet de la Green Cantine via une de ses connaissances qui l’a rapidement mise en contact avec Dado, l’accompagnateur du projet.

Green Cantine est une table d'hôtes du CLTB gérée par un groupe de femmes qui propose des spécialités afro-belges. Léonor a été très vite motivée par l’idée d’en faire partie. Sa dimension sociale l’a attirée, certainement parce qu’elle manquait dans ses précédentes expériences professionnelles : « Je ressentais une volonté de changer et d’utiliser l’alimentation comme un outil pour travailler l’inclusion et tisser des liens. Les quelques fois où j’ai fait du social, ça m’a apporté tellement de joie ». Au-delà du lien social ainsi créé, le projet lui donne le moyen de faire de nouvelles expériences : « C’est une façon pour moi de mieux comprendre l’approche nécessaire pour aller dans le sens de l’inclusion, de l’épanouissement personnel et également professionnel des femmes de la Green Cantine ».

La présence d’une cuisinière expérimentée est très précieuse au projet : s’il fonctionnait déjà bien avant son arrivée, Léonor lui a apporté un certain réalisme. En effet, son expérience professionnelle permet aux autres membres du groupe d’ouvrir les yeux sur certaines réalités de terrain : le temps qu’un tel projet nécessite, le style de vie des Bruxellois et la faisabilité de certaines propositions de recettes. « Je suis donc là pour leur rappeler que c’est très bien de rêver parce que c’est ce qui va nous motiver. Mais après il faut redescendre sur terre et faire les choses par étapes, sans se brusquer et en étant attentifs aux contraintes, tout en proposant quelque chose de professionnel. »

La relation que Léonor entretient avec les femmes de la Green Cantine est basée sur le principe du donnant-donnant. Si elle lui apporte son expérience professionnelle en échange, le projet lui permet d’élargir son horizon culinaire. Avant ce projet, elle n’était pas du tout familière avec la cuisine africaine. « C’est une découverte permanente », nous dit-elle enthousiaste. « La beauté de ces femmes qui savent cuisiner, c’est l’idée de proposer quelque chose qui a une couleur, pour la Belgique aussi. On a tout à apprendre d’elles et leur message est puissant : ‘ Voilà notre cuisine, voilà ce qu’on aime, voilà qui on est, on habite en Belgique et voilà l’effort qu’on fait vers vous’ ».

Portrait réalisé par Garance Roberti de Winghe, Céline Peeters et Victoria Uyttenhove

Lisez la publication complète ici.