Faire collectif à Bruxelles , l’initiative citoyenne et l’expérience «CitizenDev» - Maryem

Maryem : « Ce projet représente beaucoup pour moi. C’est ma vie, c’est ma fierté. »

Du Sénégal à la Belgique, il y a approximativement 6000 km. Il y a presque autant d’étapes dans le long parcours de Maryem, une femme pleine d’énergie et qui, malgré ses conditions d’existence difficile, a décidé de s’engager. Du Sénégal jusqu’en Belgique, à Bruxelles, au CLTB…

Maryem est une femme volontaire : d’origine sénégalaise, elle est arrivée seule en Belgique en 2012. Demandeuse d’asile, elle s’est battue pour obtenir le statut de réfugiée. Elle y est parvenue en 2014, après avoir séjourné deux ans dans un centre de la Croix-Rouge. En 2016, elle a pu faire venir son fils en Belgique. L’obtention du statut de réfugié a permis à Maryem de travailler comme commis de cuisine et de suivre deux formations professionnelles dans ce même domaine. C’est alors qu’elle entend parler par une connaissance du projet CLTB. Fin 2014 - début 2015, Maryem pose sa candidature en vue d’obtenir un logement. Étant alors au chômage, c’était impensable pour elle d’obtenir un crédit via une banque classique. 

Si Maryem reconnaît qu’au départ sa participation au CLT était liée à son besoin d’obtenir un logement, elle se rend compte aujourd’hui qu’elle lui apporte bien plus ; grâce entre autres au projet CitizenDev. Cela passe par un soutien de la part de Gérardo et Albert, les deux travailleurs sociaux CitizenDev attachés au CLTB, pour toutes les démarches administratives qui concernent aussi bien le lancement de la Green Cantine : « Actuellement nous aussi nous avons un projet, celui de Green Cantine. On est débutantes, mais on veut aller plus loin encore. »,  que dans sa vie de tous les jours.

Grâce à la Green Cantine Maryem s’est non seulement découvert des qualités professionnelles comme cuisinière et gestionnaire mais elle a également pris une place, aussi bien au sein du CLT que dans la société bruxelloise en tant que femme et en tant que représentante d’une autre culture. Maryem a gagné en autonomie et a pris confiance. Les effets positifs de la Green Cantine ne se font pas seulement ressentir auprès des femmes qui l’animent en leur donnant une place, plus de pouvoir sur leur propre vie, elle favorise aussi les liens entre des personnes venues d’univers différents qui se rencontrent à son occasion. Son témoignage illustre la richesse du projet Green Cantine « Je ne suis plus juste une candidate au logement. On a des activités, on fait des catering, des tables d’hôtes, on fait  vivre le quartier. Les personnes âgées sont invitées aux événements, ainsi que des personnes qui vivent seules chez elles. Les enfants aussi. Voilà tout ça, ça va plus loin que le logement. »

L’histoire de Maryem raconte non seulement la trajectoire d’une femme qui prend et trouve place mais aussi celle d’un projet qui favorise la solidarité horizontale et, ce faisant, fait communauté. Maryem en atteste : « Ce projet représente beaucoup pour moi. C’est ma vie, c’est ma fierté. »

Portrait réalisé par Garance Roberti de Winghe, Céline Peeters et Victoria Uyttenhove

Lisez la publication complète ici.