Faire collectif à Bruxelles , l’initiative citoyenne et l’expérience «CitizenDev» - Papa Victor

Victor : un référent pour les coiffeurs de Matonge

Parmi les initiatives citoyennes soutenues par CitizenDev en 2019, il y a l’étonnant projet de Victor. Insertion socio-professionnelle, reconnaissance des talents des coiffeurs de Matonge, mise en avant de la spécificité africaine, autant de facettes qui composent le projet “Dynamique Matonge”. 

Victor, 67 ans, a toujours été fin connaisseur de Matonge. En effet, s’il a d’abord vécu au Congo en tant que professeur et directeur d’école, il vient ensuite à Bruxelles où il fait une longue carrière dans l’insertion sociale avec le CPAS de Bruxelles à Laeken, un centre d’alphabétisation et le SPF justice en tant que tuteur MENA. Il cherche ensuite à s’engager encore plus dans le social en poursuivant de nombreux engagements, par exemple en étant membre dans les conseils d’administration d’associations africaines jusqu’au niveau européen. En 2017, quand le projet commence, Victor est donc connu comme une personne ressource du quartier, un véritable conseiller. Comme il vient se coiffer à Matonge depuis des décennies, il connait bien la galerie et est ami avec les coiffeurs les plus anciens. 

Cet investissement en tant qu’acteur social et sa bonne connaissance des coiffeurs l’amènent à se faire inviter par le BRAL à la Table des Connecteurs et les Métalabs de CitizenDev. C’est ainsi qu’il prend connaissance des problèmes liés au titre d’exercice des coiffeurs de la galerie Matonge : la majorité travaille illégalement sous statut d’ASBL, alors qu’on est dans une galerie commerçante. “Les gens ne se soucient pas de leur insertion socio-professionnelle, et travaillent au noir, alors que la coiffure, c’est un métier protégé, il faut avoir un titre, avoir suivi une formation”. La plupart sont chômeurs ou au CPAS, et leur activité est à tort considérée comme complémentaire. Cela les pousse à travailler dans la clandestinité au lieu de construire une carrière. “Comment peut-on comprendre que quelqu’un qui travaille ici depuis 32 ans n’a pas le titre de coiffeur?”

C’est là qu’intervient le projet “Dynamic Matonge”. En 2017, la commune demande la régularisation du travail non-déclaré, et fait faire des contrôles toutes les deux semaines. Victor amène alors les anciens coiffeurs qu’il connaît vers l’un des centres de validation des compétences, devant un jury pour une demi-journée à l'EFP Uccle, en vue de l’obtention d’un titre officiel de coiffeur. Victor se rend compte que les jurys n’ont pas de référentiel adéquat pour juger les compétences des coiffeurs : ils n’ont que le catalogue de cheveux européens.

L’idée germe alors de créer un catalogue de compétences propre à Bruxelles pour le cheveu africain, afin de poursuivre les obtentions de titres au centre de validation. Quand le référentiel sera agréé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Victor estime qu’il aura accompli son dernier engagement associatif. La coiffure afro pourra alors devenir une option à enseigner pour les futurs coiffeurs à Matonge, qui pourront se régulariser tout de suite.

Et pour les autres, il espère que la commune poursuivra ses contrôles de façon à promouvoir les validations de compétences auprès du centre. “Mais pour cela, il faut aussi une certaine publicité, et donc une source de financements. Heureusement il y a CitizenDev et le Contrat de Quartier.”  CitizenDev lui aura également permis de partager ses méthodes et ses connaissances avec les connecteurs du CLT. “C’est important de partager ses frustrations et ses enseignements par rapport au travail bénévole.” Mais aussi ses joies ! Grâce au projet, nombreux sont les coiffeurs qui peuvent brandir leur reconnaissance professionnelle grâce à lui.

Portrait réalisé par Céline Mathijsen, Eléonore Offermans et Leeloo Saweryniuk

Lisez la publication complète ici.