Faire collectif à Bruxelles , l’initiative citoyenne et l’expérience «CitizenDev» - Perspectives

Perspectives: l’ABCD dans notre société

CitizenDev a testé plein de choses, a confirmé, adapté ou parfois carrément  bousculé les manières de penser des personnes impliquées. Comment ces conclusions peuvent-elles servir à d’autres personnes et instances? Comment nos expérimentations peuvent-elles enrichir les politiques ou actions de développement urbain ? Et est-ce que ces méthodes peuvent être source d’une solidarité entre pairs?

ABCD dans le travail social communautaire

Au cours des dernières décennies, le travail social communautaire a évolué vers un accompagnement individuel plutôt que vers des communautés. Le terme ‘empowerment’ ou ‘pouvoir d’agir’ qui était centrale au travail social communautaire est devenu de plus en plus synonyme d’activation fonctionnelle par le biais d’une acquisition de compétences[1]. Quoi que CitizenDev n’ait jamais eu l’ambition de réinventer le travail social communautaire, nous observons que l’approche ABCD expérimentée par CitizenDev va de pair avec le regain de l’approche politisante[2], un retour vers la double structure initiale de la notion d’empowerment, avec son élément psychologique - se sentir valorisé - ET son élément socio-politique - un changement de structures qui résulte en une répartition du pouvoir[3].

Il y a aussi une autre tendance:  l’émergence d’une nouvelle génération d’initiatives citoyennes. Ici il s’agit clairement de collectifs citoyens dans lesquels les habitants ont le « lead ». Parfois leur présence met les travailleurs communautaires devant des situations inconnues et dans la nécessité d’apprendre et se trouver une nouvelle relation et comportement. L’approche ABCD développée par CitizenDev expérimente une manière de se positionner parmi ces initiatives sans prendre le devant, en utilisant entre autres notre technique des « connections ».  L’enjeu c’est que le travailleur puisse se détacher du groupe pour que le groupe puisse se gérer seul. Ceci semble évident et pas du tout nouveau mais nos expériences montrent que cette attitude n’est pas encore omniprésente au sein de l’associatif bruxellois.

Une appropriation citoyenne de l’infrastructure collective

La nouvelle génération d’initiatives citoyennes n’est pas restée inaperçue. Notamment les gestionnaires et travailleurs des infrastructures publiques, associatives ou culturelles, se sentent en masse appelés par cette nouvelle tendance et cherchent à s’ouvrir davantage aux initiatives de leur public. Ils se posent la question de comment concilier une gestion professionnelle, une programmation de qualité et la sécurité des bâtiments avec une appropriation par les citoyens de leur infrastructure. Ce défi nécessite de croire et de faire confiance dans le potentiel des gens, qui n’est pas (encore) toujours au rendez-vous.

L’expérience de la Team dans le Local du Quartier montre toutefois qu’une autogestion d’une infrastructure peut générer une dynamique très forte à condition qu’on fait confiance dans le potentiel des gens. Si on ne veut pas organiser le quartier mais on veut que ce soit les gens qui s'organisent dans le quartier il n’y a pas 1000 façons. Comme disait une connectrice et membre de la Team:

“Le Local c’est un endroit à nous et si on veut ouvrir le dimanche on le fait. Si on est dans les locaux de quelqu’un d’autre ça ne va pas marcher. Le Local est géré par les habitants, ceux qui font les permanences, ceux qui font des activités. Ils ont les clefs et il n’y a pas de gardien du Local.”

Une nouvelle approche ‘proactive’ pour stimuler les initiatives citoyennes - accompagner au lieu d’attendre    

Ce que nous expérimentons c’est surtout, beaucoup plus que l’innovation du travail social communautaire, un renouvellement de certains dispositifs publics. Regardons d’abord les appels à projets, utilisés par beaucoup d’autorités comme moyen privilégié pour stimuler l’initiative associative ou citoyenne, avec entre autres l’appel ‘Inspirons le Quartier’ de Bruxelles Environnement, les ‘budgets participatifs’ dans les Contrats de Quartier Durables ou les appels de la Fondation Roi Baudouin (FRB).

Avec des appels à projets, le risque est qu’on sème la concurrence pour des ressources rares, de sorte qu'une grande partie de l'énergie sociale précieuse est perdue. Heureusement, ce n'est pas si mal chez ‘Inspirons le Quartier’, car selon Bruxelles Environnement, environ 90 % des projets obtiennent le feu vert. Et le rejet est généralement lié au fait qu'un projet est plus susceptible d'appartenir à un contexte différent. Les propositions sont donc renvoyées plutôt qu'abandonnées.

Mais il y a un deuxième obstacle fréquent: lorsqu'un appel est lancé, le gouvernement attend passivement que les propositions lui parviennent. Une grande partie des habitants de Bruxelles ne peut être atteinte de cette manière. Les expériences CitizenDev montre que certaines personnes ne sont pas habituées à se considérer comme des acteurs qui peuvent influencer la construction de la ville. Embrigadés dans des logiques de survie, ils ont peu de place pour leurs rêves et sont peu, ou pas, habitués à mettre en avant leurs atouts. Afin de les encourager au maximum à proposer des initiatives locales, à croire dans leurs capacités propres, à leur utilité pour le quartier... nous devons rectifier le tir. Devenons proactif au lieu d’attendre passivement les idées qui viennent. Allons voir ces personnes, les chercher dans la rue, dans un café ou un restaurant social, devant la porte de l'école... Gagnons leur confiance. Notre “brique connexions" peut servir de modèle pour une méthode qui stimule davantage toutes personnes à prendre une initiative. Une telle approche conduit également à des collaborations, car permet de mettre en contact dès le début des personnes ayant des idées similaires ou compatibles. Cela nécessite du temps et des travailleurs de terrain qui n’attendent pas dans leur bureaux mais vont à la rencontre.

Une troisième bémol qu’on peut évoquer  à l’adresse des appels à projet, c’est le focus monothématique qu’ils ont souvent. Dans notre “Métalab” du 27/11/2019, Arnaud Bilande de Periferia questionne le « shopping des appels à projets » avec leur difficulté de rentrer dans les «bonnes cases», qui épuise les gens.

Suites à nos expériences CitizenDev, nous avons lancé la proposition de renverser la donne en fusionnant plusieurs appels à projet. Créons un seule “Grand-Fonds”, constitué par les deniers de plusieurs administrations régionales et communales ainsi que de la Fondation Roi Baudoin, avec une porte d’entrée unique pour tous les collectifs citoyens. Mettons des accompagnateurs sociaux, idéalement dans tous les quartiers, pour aller à la recherche des personnes qui ont besoin d’un coup de pouce pour se lancer dans des initiatives, peut importe la thématique.

Upscaling de l’approche CitizenDev: vers un développement local radicalement bottom-up

Ce que nous avons visé, c’était avant tout l’émergence ou le renforcement de réseaux résilients d’entraide, de solidarité et d’initiative dans les quartiers. Ces réseaux sont tissés à travers la création de liens, entre les porteurs d’initiatives ou entre eux et le tissu associatif ou pouvoirs publics. A travers ces réseaux nous avons visé la stimulation du pouvoir d’agir.

Nous pensons que les groupes de citoyens porteurs d’idées, d’action et de solidarité, pourraient et devraient dorénavant faire partie des acteurs du développement de leur propre quartier, dans une forme de planification urbaine évolutive. Au lieu de planifier les opérations publiques de développement local de manière ‘top down’, en faisant appel à des experts externes, nous pouvons et devons stimuler les acteurs locaux de prendre leur destin en main.

Au lieu de tout cristalliser dans des “Masterplans” qui sont définitifs et stables on pourrait faire pousser des dynamiques de manière “bottom-up” et évolutive. Au lieu de lancer des marchés publics pour engager des entreprises privées pour exécuter les plans de développement, nous pouvons et devons inciter les habitants du quartier à se lancer dans les initiatives que, eux, trouvent nécessaires et urgentes. Pourquoi financer et stimuler une petite partie des Contrats de Quartiers Durables de manière ascendante et centraliser tout le reste dans les mains de l’administration ou d’experts? Si nous avons vu le lancement de toute une série d’initiatives qui est de l’ordre de ce qui est d’habitude subventionné par les Contrat de Quartier Durable ou le Programme de Cohésion Sociale, nous pensons qu’il est temps de tester un “upscaling” de cette approche méthodologique plus valorisante vers le coeur des programmes communaux de développement. Lors de la table ronde finale de CitizenDev, une série des participants demandaient s’il n’est pas temps de lancer un programme public spécifique de "cartographie des atouts et des rêves", qui précède le lancement des contrats de quartier durables, afin que les résidents, les ONG locales et les autorités locales aient le temps de construire ensemble les projets du Contrat de Quartier, selon une approche ascendante.

Comme disait le journalist et expert Thomas Lemaigre lors de notre “Métalab” finale, “La commune c’est ce qu’on a en commun”. Alors reconnaissons l’expertise des membres de nos communautés et faisons ensemble ce que la Commune décide et exécute.

Bien sûr, il y a des limites à l’initiative citoyenne, d’une part parce que le bénévolat et l’entraide ne peuvent pas être le moteur de toute création de bien-être. D’autre part, pour certaines interventions il y aura besoin de grosses machines et d’experts - c’est évident. Mais les actions telles que ‘Rue du Conseil[4]’ ou la rénovation du Local de Quartier nous montrent que certaines interventions plus légères dans l’infrastructure peuvent venir d’en bas, lancées et portées par des citoyens.

Ceci n’est pas un plaidoyer pour un désengagement du pouvoir publique. Nos expérimentations nous montrent l’importance d’une collaboration entre le pouvoir public et les initiatives citoyennes. Ce n’est pas aisé. Nos living labs confirment le constat de la méfiance envers le politique institutionnalisé. A Matonge, il y a un historique de déceptions, de désillusions, l’impression d’un abandon ou des stigmates par le politique.

L’expérience CitizenDev relève ensuite la difficulté de travailler avec les pouvoirs publics et leurs rigidités administratives. Plusieurs collectifs sont entrés en interaction avec les pouvoirs publics et demandent du soutien, parfois avec des résultats pas convaincantes.  Le collectif « Rue du Conseil » par exemple ne se sent pas écouté; c’est une des motivations de leur action au départ.  Grand temps de se donner la main et de travailler ensemble.

La politique de création d’emploi: la rémunération de l’initiative citoyenne

En chemin, CitizenDev a montré que le travail communautaire qui a été pratiqué déclenche un potentiel foisonnant d'économie alternative et solidaire. Ces activités suscitent chez leurs participants des attentes de rémunération, et cela dans une plus grande mesure qu'on ne l'avait anticipé. Ces attentes viennent de la situation socio-économique des personnes en milieu populaire mais aussi du fait qu’il s’agit d’un vrai travail, un échange entre une personne et la société dans son ensemble. Cela demande une reconnaissance sociale qui, pour être palpable, ne peut pas toujours passer par des symboles ou des liens sociaux : il est parfois nécessaire qu'elle se traduise en rémunération formelle, et si possible dans des mécanismes de rémunération qui ne sont pas porteuses de stigmates (parce que de montants trop faibles, parce qu'insécurisantes, parce que réservées aux « pauvres », etc).

A vrai dire, il n'est pas évident de faire entrer ces activités dans les outils existants du marché du travail et des politiques d'emploi. Nous identifions deux innovations à potentiel intéressant pour faciliter et stabiliser ces dynamiques locales, et pour les rendre accessibles à des personnes qui sont restées sur le côté alors qu'elles sont intéressées.

Actiris entend poser en 2020 les premiers pas d'une expérimentation du concept français de  Territoires zéro chômeurs de longue durée (TZCLD). Les entreprises créées dans ce cadre, dites « à but d'emploi » sont gérées de façon participative et cherchent à rencontrer des besoins individuels et collectifs, allant de besoins non solvables à des offres plus commerciales voire B2B. Ces deux particularités en font déjà une piste intéressante à étudier. Mais certaines questions ont aussi été identifiées qui pourraient devenir des obstacles. Les TZCLD visent une sous-catégorie bien précise de la population (les chômeurs de longue durée) et leur finalité première est de créer un maximum de contrats de travail à durée indéterminée. Or dans CitizenDev (tout comme dans d'autres dynamiques proches), l'ambition est de travailler de manière horizontale avec toute la population du quartier et au moins une partie de la demande de reconnaissance qui a émergé est une demande de travail rémunéré et non d'emploi. Une partie des projets sont temporaires ou n'ont pas la taille critique qui permette de salarier en CDI l'un ou l'autre de ses porteurs. Certains même perdraient leur sens à vouloir atteindre cette taille. Pour d'autres par contre, collaborer avec un TZCLD ou s'y intégrer sont des pistes qui pourraient se révéler très porteuses à moyen terme.

Au sujet des TZCLD, il faut enfin relever que la méthode ABCD pourrait leur être précieuse comme moyen collectif, participatif, inclusif et bottom-up de construire les solutions locales pour les besoins ressentis. Il a même été suggéré de former leurs équipes, de les faire coacher par des connecteurs chevronnés, etc.

Une autre voie pourrait être la création d'une coopérative à finalité sociale qui hébergerait économiquement des projets de quartier et rémunérerait leurs porteurs. Contrairement aux Entreprises à But d’Emploi, aux coopératives d'activité et aux coopératives d'emploi, qui disposent déjà d'une précieuse ingénierie de portage et avec qui une collaboration pourrait être envisagée, cette nouvelle forme d’intermédiaire proposerait une diversité de mécanismes de rémunération en plus du contrat de travail classique, au plus près des besoins et attentes de chacun : contrat de travail de courte durée, prestation d'indépendant à titre complémentaire, défraiement du bénévolat, job étudiant, rémunération de prestations exceptionnelles, etc. La coopérative rémunérerait les porteurs sur base de la cagnotte constituée auprès d'elle avec les rentrées du projet. Le fait de recourir à un intermédiaire spécialisé pour ce faire permet d'organiser un cadre social et fiscal complètement sécurisé et d'éviter à chaque projet de devoir créer une asbl, ouvrir un compte en banque, gérer les contraintes, etc. Ce service de portage serait offert par les grands réseaux associatifs régionaux aux projets locaux qu'ils soutiennent.

On le sait, la diversité des initiatives citoyennes bruxelloises et la diversité de leurs publics est énorme. Donc également la diversité de leurs trajectoires de développement. Ces trajectoires ne peuvent pas être soutenues à travers un seul concept. Mais on peut faire l'hypothèse qu'elles seront facilitées par les dispositifs de soutien qui vont ou qui pourraient se mettre en place et dont elles pourront bénéficier. Chaque projet aura à choisir une de ces réponses ou une manière d'en combiner plusieurs compte tenu de ses propres souhaits et contraintes. De cette façon, leurs trajectoires seront basées avant tout sur leurs ambitions et réalités locales et non sur des contraintes perçues et la reconnaissance sociale de leurs apports à la ville pourra être effective et nourrissante.

La solidarité organisée

Nos expérimentations touchent aux questions qui sont propres à la gestion de toute une série d’actions publiques:  l’aménagement et l’entretien d’espaces verts, la politique de déchets, la culture, voir même la sécurité sociale. Reconnaissons que cela nous amène à un autre débat: celui du financement de ces politiques. Entamer cette discussion peut ressembler à ouvrir la boîte à Pandore mais nous pensons que ce genre de questions est difficilement évitable. 

C’est claire que l’appropriation citoyenne de certaines actions publiques peut être un moyen pour réduire les coûts et qu’il peut donc aider à équilibrer les budgets publiques. Arnaud Bilande nous a appris, pendant notre Métalab du 27/11/2019, que les Quartiers Durables Citoyens reçoivent en moye 7000€ de Bruxelles Environnement mais qu’ils génèrent 50.000€ en temps de travail produits par les habitants, c’est à dire presque un temps plein en mails, gestion, etcetera. Les aménagements des espaces verts à côté de Thurn & Taxis, incités par le projet Parc Farm, sont considérés par Bruxelles Environnement comme coûtant nettement moins à la collectivité que les parcs aménagés par des professionnels. Du coup se pose – de nouveau - la question de la rémunération de ce temps de travail. Est-ce que réduire le coût en faisant appel à des bénévoles est juste et digne? En plus, nous devons reconnaître que des éventuels expérimentations avec un nouveau statut, entre le bénévolat et le salariat, seraient un risque pour le financement de la sécurite sociale. Et mis à part la question du financement, il y a bien sûr aussi la question des droits des travailleurs.

A cela s’ajoute bien entendu la question de la qualité du service. Il ne faut pas nier que ces expérimentations pourront être une forme alternative de création de bien-être. Lorsque quelqu’un échappe d’une position de consommateur de service et se transforme en fournisseur de soin, dans une forme d’entraide, grâce à la dynamique autour du Local de Quartier, et si sa contribution est valorisée par quelqu’un d’autre, l’impact est bénéfique pour les deux, peut être plus que dans le cas d’un service professionnel rendu à eux. L’entraide et la proximité ne peuvent pas être remplacés par des services professionnels. Ce bénéfice peut en plus être doublé grâce au caractère transversal de ses contributions. Pendant le repair café, le réparateur n’est pas seulement un fournisseur d’aide important dans le quartier; il est aussi un acteur d’une politique de réduction de déchets.

Nous devrons faire ce débat dans sa totalité: ne pas nier les risques, ni les potentiels, tant au niveau financier que quant aux effets sur les personnes et sur les communautés. En tant que travailleurs sociaux ou académiques soucieux des droits humains et du développement durable, nous pensons que nous devons entamer cette réflexion sans attendre les propositions de la part des hérauts de l’austérité financière ou du Big Society, Small Government.

Lisez la publication complète ici.

[1] Peeters, 2010
[2] Comme constaté aussi par De Rynck et Steyaert, 2019. En témoigne aussi le succès des 4 séminaires autour du travail social communautaire et l’ABCD que nous avons organisées en 2018 et l’initiative de « l’Ecole de Transformation sociale » lancée en 2019.
[3] (Peeters, 2010)
[4] https://www.citizendev.be/uploads/1/0/8/2/108215725/20190326_portrait_rue_du_conseil.pdf