Faire collectif à Bruxelles , l’initiative citoyenne et l’expérience «CitizenDev» - Yves Le " MacGyver " du quartier Brabant

Yves, le MacGyver du quartier Brabant

C’est au carrefour de la Rue Verte et de la Rue Dupont, à Schaerbeek, que se trouve le Local de Quartier. Ce lieu intergénérationnel et multiculturel est mis à disposition de toutes et tous : la porte y est toujours ouverte au sens propre comme au figuré. Chaque semaine, une multitude d’activités y sont organisées, comme une Bourse à Vêtements, du soutien scolaire ou encore un Repair Café.

Dans le quartier Brabant, Yves le bricoleur, est reconnu pour son savoir-faire : les problèmes de plomberie et de peinture n’ont pas de secrets pour lui. D’ailleurs, il a déjà apporté son aide à plus d’une personne : « Je croise souvent des gens dans la rue chez qui j’ai été faire un bricolage. On papote un peu : j’ai beaucoup de contacts par ce biais ». C’est la rencontre avec Andréa, une travailleuse de CitizenDev, qui l’a impliqué dans le projet du Local de Quartier . Au début, il ignorait son état: « Je croyais qu’il était en ordre. Après l’avoir visité, j’ai proposé de faire des travaux. ». Ses compétences, il les a mises au service du projet en travaillant durant deux mois pour remettre le lieu à neuf : « J’étais tout seul chez moi et du coup, je venais avec mon caddie et tous mes outils, je bricolais la journée et je rentrais le soir à la maison. J’aimais bien ».

Yves, c’est un débrouillard. Son parcours de vie atypique a été marqué par des rebondissements et des expériences uniques : stage en Suède, travail dans une entreprise de fil à souder, chauffeur pour le Palais royal à Bruxelles, puis chauffeur de bus pour les enfants d’écoles du quartier et bénévolat par-ci par-là. Un parcours jalonné de quelques embûches, mais Yves n’est pas du genre à baisser les bras : c’est même le premier à se relever les manches et à voir le verre à moitié plein : « Moi je vois toujours le positif. » Il a toujours su rebondir en saisissant les opportunités qui s’offraient à lui, notamment via ses rencontres.

Pensionné, Yves a la possibilité de consacrer du temps au Local. « Ce qui me motive, c’est le fait de rendre service. Cela m’apporte aussi des contacts, du dialogue et je ne suis pas sans rien faire. Parce que si je reste sans rien faire, enfermé chez moi, je ne sers à rien. Après avoir travaillé 47 ans, tu comprends, je vis tout seul maintenant et le Local, ça me donne un but. » Avant le Local, l’engagement dans le quartier faisait déjà partie de sa vie. En plus d’être le « Repair café man » comme dit Feddal, un autre membre actif du projet, Yves a aussi la main verte. Il l’a d’ailleurs mise au service des potagers collectifs du quartier: « Quand je suis arrivé dans la commune, j’ai eu contact avec une dame qui travaille au Soleil du Nord et elle m’a demandé si ça m’intéresserait de faire des cultures. J’avais un jardin potager chez moi à la maison, alors c’est surtout pour montrer aux gens comment il faut s’y prendre. »

Ce qui est capital pour lui, c’est le lien car ce Local est un véritable lieu de rencontres et d’enrichissements mutuels : « J’aime bien être en contact avec les gens. Pour moi, c’est ça le plus important et ils me le rendent bien. » Le vrai hic, le nœud qu’il aimerait résoudre, c’est le fait que le projet puisse devenir permanent: « Ce que je voudrais apporter, c’est que le projet continue, parce que si ça s’arrête, qu’est-ce qu’on va faire, nous ? »

Portrait réalisé par Montaine Kayaert, Romane Marchal et Lucie Roba

Lisez la publication complète ici.