Une rue réservée au jeu juste devant votre porte !

Des enfants et des adultes qui jouent dans la rue, en plein Bruxelles, une utopie ? Ou une réalité plus accessible qu’il n’y paraît ? Voici un petit mode d’emploi pour réserver votre rue au jeu.

1. Mettre temporairement les voitures hors-jeu
2. À quelles conditions votre rue peut-elle être réservée au jeu ?
3. Les avantages pour les jeunes... et les moins jeunes
4. Comment organiser une rue réservée au jeu ?
5. Approbation de votre demande par la commune
6. Un avis négatif ? Ne baissez pas les bras trop vite
7. Idées de jeux dans la rue

Vous avez envie d’essayer les rollers de votre fils en toute tranquillité ou d’inviter vos voisins à une partie de pétanque pendant que les enfants jouent ensemble au ballon ? Tout est possible dans une rue réservée au jeu ! Sortez vos craies pour trottoirs et laissez toute la place aux piétons, aux enfants et adultes qui s’amusent, etc.
Vous trouverez ci-dessous toutes les informations pour organiser votre rue réservée au jeu.

1. Mettre temporairement les voitures hors-jeu

Mais qu’est-ce que c’est en fait, une rue réservée au jeu ?
* Une rue réservée au jeu, c’est une voie publique qui est fermée temporairement (aux jours et heures indiqués) à la circulation motorisée.
* Toute la largeur de la rue est alors réservée au jeu.

* Seuls les conducteurs des véhicules à moteur qui habitent dans la rue ou qui y ont un garage sont autorisés à y circuler.
* Ces conducteurs autorisés ne peuvent pas mettre en danger les piétons ni les gêner. Ils doivent donc redoubler de prudence, rouler au pas, céder le passage et la priorité aux piétons et au besoin s’arrêter. Quant aux cyclistes, ils doivent mettre pied à terre dès que la situation l’impose.
* Pendant les heures où la voie publique est signalée comme rue réservée au jeu, une infrastructure de jeux peut y être installée à condition de ne pas empêcher le passage des conducteurs autorisés à y circuler et des véhicules prioritaires.
* Des barrières doivent être placées en suffisance afin de délimiter clairement la rue réservée au jeu. Sur les barrières, un signal C3 et le panneau additionnel « rue réservée au jeu » sont fixés fermement. Les heures pendant lesquelles la rue est instaurée comme rue réservée au jeu sont indiquées sur le panneau additionnel. (voir photo ci-dessus)
* Les barrières sont placées sous le contrôle et la responsabilité du gestionnaire de voirie. Il s’agit de la Région ou de la commune, en fonction de la rue. Voici une carte de toutes les voiries régionales.

2. À quelles conditions votre rue peut-elle être réservée au jeu ?

Toutes les rues ne peuvent pas être bloquées temporairement à la circulation. Pour être réservée de manière passagère au jeu, la vôtre doit remplir certaines conditions :
* elle doit se trouver à un endroit où la vitesse est limitée à 50 km/h ;
* elle doit se trouver dans une rue ou un quartier à vocation prédominante d’habitation, sans circulation de transit ;
* elle ne doit pas être empruntée par un service régulier de transport en commun ;
* la majorité des riverains doit y être favorable afin de s’assurer de sa bonne mise en œuvre.

Le cadre juridique
La « rue réservée au jeu » est une disposition définie dans le Code de la route. Celui-ci détermine les conditions et les règles à respecter. Ce type de rues dispose donc d’un cadre juridique bien précis qui réglemente sa mise en œuvre. Ce cadre est fixé par :
* l’Arrêté royal du 1er décembre 1975 portant règlement général sur la police de la circulation routière et de l’usage de la voie publique, article 2.36 ;
* le code du gestionnaire de voirie, article 9.2 bis.

3. Les avantages pour les jeunes... et les moins jeunes

Des avantages innombrables
Curieux de découvrir les avantages d’une rue réservée au jeu ? Les voici !
* La rue réservée au jeu offre un espace supplémentaire pour permettre aux enfants et aux adultes de se rencontrer et de jouer. Elle répond à un réel besoin en ville, surtout quand il n’y a pas beaucoup d’espaces verts à proximité.
* Jouer à l’extérieur est meilleur pour le développement des enfants, ils se font de nouveaux amis, cultivent leur créativité et découvrent des activités qu’ils ne peuvent pas faire à l’intérieur. La rue leur offre une nouvelle « perspective de jeu ».
* Une rue à circulation apaisée permet aux riverains de nouer des amitiés et favorise la vie de quartier.

Jeunes et moins jeunes
Des intérêts contradictoires ? C’est un malentendu : l’expérience nous apprend que les enfants et les personnes âgées bénéficient autant les uns que les autres d’une rue réservée au jeu. Ils ont souvent les mêmes souhaits : une rue calme, de la sécurité, de l’espace pour les rencontres…

Mal-aimée, car mal connue
Une rue réservée au jeu offre d’innombrables avantages, mais fait aussi l’objet de multiples préjugés. Beaucoup de riverains ne souhaitent pas que leur rue soit fermée (même temporairement).
Les raisons (parfois fallacieuses) sont variées et nombreuses : la présence d’une plaine de jeux dans le quartier, l’accès restreint à la rue qui réduit la liberté des automobilistes, la peur d’être envahi par les enfants des rues environnantes, le bruit, la crainte de dégâts aux voitures ou tout simplement des nuisances en général.

La rue vous appartient
BRAL est convaincu qu’une rue réservée au jeu est plus qu’une rue où les enfants peuvent s’amuser de temps à autre à l’extérieur. Elle correspond plutôt à une réappropriation de la rue : la rue vous appartient et à certains moments, elle vous appartient entièrement.
Saisissez cette opportunité et remettez en question le principe roi du tout-à-l’auto. Créez l’espace dont vous avez besoin pour redonner vie à votre rue en rencontrant vos voisins, en apprenant le respect de chacun, etc.
Il y aura toujours des partisans et des opposants. Mais quelques arguments solides et le soutien des riverains vous aideront dans vos démarches.

4. Comment organiser une rue réservée au jeu ?

C’est un jeu d’enfant ! Il suffit d’effectuer les démarches suivantes, très simples.

4.1 Trouver des parrains et des marraines
Les parrains et marraines sont les initiateurs de la rue réservée au jeu et les personnes de contact pour la commune et BRAL-IEB. Ils sont également responsables de son bon fonctionnement. Nous vous conseillons de désigner plusieurs parrains et marraines pour faciliter la répartition des tâches.

4.2 Remplir le formulaire de demande d’une rue réservée au jeu dans la Région de Bruxelles-Capitale
Le formulaire de demande d’une rue réservée au jeu doit être adressé au Collège des bourgmestre et échevins de votre commune. Ce formulaire de demande doit indiquer clairement la rue (ou la partie de rue) ainsi que les jours et heures concernés. Le dossier est examiné par votre commune au niveau organisationnel et technique (circulation).

4.3 Collecter un maximum de signatures
Au moins la moitié de votre rue

Vous devez démontrer à la commune que votre initiative a l’appui d’une majorité de riverains. Pour ce faire, invitez-les à ajouter leur signature à votre liste.
Attention : idéalement, il faut qu’au moins la moitié des habitants émettent un avis positif. La commune en fait souvent une condition préalable pour prendre votre demande en considération. La pratique nous enseigne par ailleurs que l’appui d’une majorité de riverains est indispensable pour éviter les problèmes avec les non-participants.

Pour ou contre ? Collectez les réactions !
Chaque boîte aux lettres dans la rue a droit à une voix et doit être informée. Utilisez ce formulaire d'enquête pratique pour atteindre facilement tout le monde.
Prenez le temps d’expliquer les innombrables avantages et possibilités d’une rue réservée au jeu :
- proposez des jeux sympas aux enfants et aux jeunes ;
- remportez l’adhésion des adultes avec un terrain de pétanque, des tables pour jouer aux cartes, etc.

Les réactions ne sont pas toutes positives ? Enregistrez aussi les avis négatifs : bien cadrées, elles ne feront que renforcer votre dossier. Il est de toute façon impossible d’avoir l’accord de tout le monde.

L’idéal est de recueillir au moins 50 % de voix favorables. Cette enquête nécessite beaucoup de temps, mais elle est indispensable pour que tous les habitants se sentent concernés par le projet. Les parrains et marraines ont ainsi un aperçu des avis, aussi bien positifs que négatifs, du voisinage (c’est-à-dire tant les enthousiastes que les autres).

4.4 Envoyer les documents à la commune
Envoyez les deux documents (le formulaire de demande rédigé par les parrains et marraines, ainsi que la liste des signatures) à la commune.
Vous trouverez la liste d’adresses et les personnes de contact par commune sur le site de la vôtre.

5. Approbation de la demande par votre commune

Vous avez reçu une réponse positive de votre commune ?

Parrains et marraines, le moment est venu d’entrer en action !

Vous pouvez désormais fermer votre rue à la circulation aux jours et heures demandés. Il est temps pour les parrains et marraines de se réunir.

Faites circuler la bonne nouvelle
Nous vous conseillons d’avertir le voisinage le plus tôt possible. Vous trouverez ici une lettre et quelques idées que vous pouvez mettre à profit. Utilisez aussi les affiches (1, 2 ou 3) que les riverains peuvent accrocher à leur fenêtre, à moins que vous préfériez composer la vôtre !
Enfin, prévoyez un formulaire d’évaluation qui vous aidera à dresser la liste des expériences positives et négatives pour repérer rapidement les points à améliorer.

6. Un avis négatif ? Ne baissez pas les bras trop vite…

Votre commune a émis un avis négatif ?
Prenez votre téléphone et informez-vous des raisons pour lesquelles votre initiative n’a pas été approuvée. Il se peut que votre rue ne puisse pas être réservée au jeu parce que le plan de mobilité ne le permet pas ou parce que le bus qui passe devant chez vous ne peut pas être dévié. Autant de raisons légales légitimes contre lesquelles vous ne pouvez malheureusement pas faire grand-chose. Mais que cela ne vous empêche pas de demander des éclaircissements et d’aller au fond du problème !

N’hésitez pas non plus à aller un pas plus loin encore et à contacter l’échevin de la mobilité. Il se peut qu’il n’ait même pas été informé de votre demande. Ou que la commune ait pour politique de ne pas organiser de rue réservée au jeu.
Tenez-nous au courant (info@bral.brussels) pour que nous puissions dresser la liste des refus et des autorisations et exercer une pression d’en haut.

7. Idées de jeux dans la rue

ART BASICS for CHILDREN (ABC, en abrégé) propose des idées dans sa brochure « City Games : jouer dans la ville ». Vous y trouverez une liste de jeux qui ont traversé les époques pour arriver jusqu’à nous : cache-cache, jeux de billes et de mains, marelle, etc.

La version papier est épuisée, mais nous vous en proposons une version numérique ci-dessous.
Pour d’autres informations sur ABC : www.abc-web.be