Les écueils de la participation selon le BRAL

Ces dernières années, le concept de “participation citoyenne” est de plus en plus à la mode à Bruxelles. Mais la route vers une réelle démocratie participative est semée d’embûches. Depuis peu, Bruxelles voit arriver des échevin.ne.s de la participation, des fonctionnaires responsables de la participation et des Maisons de la Participation. Nous avons également expérimenté des conseils de quartier mais aussi des parlements ou panels de citoyens.

Peut-on croire en une évolution favorable d’une démocratie managériale vers une véritable démocratie participative ? Peut-être. Mais on peut se demander si le gouvernement la prend au sérieux.

La démocratie participative suppose un autre rôle du gouvernement. Un gouvernement qui dirige au lieu d’ordonner. Un gouvernement qui se montre assez ouvert pour les idées en amont, sans devenir populiste. Mais aussi un gouvernement qui ose proposer une vision durable lors d'un débat avec ses habitants. Ce qui compte, ce sont les bonnes idées au cœur du débat. De préférence en regardant vers le long terme. Les pièges d’une participation bien intentionnée sont nombreux.

Fort de nos expériences dans une longue série de projets pilotes sur la participation, de présence aux conseils des contrats de quartier et de nos discussions avec des comités et des Bruxellois.es actif.ve.s, le BRAL a écrit un document sur les pièges de la participation. Vous pouvez télécharger ce document ici.

Note de travail de Bral vzw

Décembre 2005 - modifié en juillet 2006
Traduit par Benoît Elleboudt, La Promenade verte de N-O-Heembeek asbl

Note de travail de Bral vzw

Décembre 2005 - modifié en juillet 2006
Traduit par Benoît Elleboudt, La Promenade verte de N-O-Heembeek asbl 

Contact: 

Piet Van Meerbeek | Bral vzw
Participation
Place du Samedi 13 – 1000 Brussel
02 217 56 33