Mémorandum fédéral 2019-2024 : Une législature ambitieuse pour l'environnement et la nature

Le BRAL a co-rédigé le mémorandum fédéral 2019-2024 : Une législature ambitieuse pour l'environnement et la nature. Nous l’avons fait ensemble avec Bond Beter Leefmilieu, Inter-Environnement Bruxelles, Inter-Environnement Wallonie, Greenpeace, Natagora et WWF. Commençant par notre vision 2050, nous amenons notre nouveau gouvernement fédérale vers des mesures concrets pour y arriver (en annexe). Bonne lecture et bonne route à eux et elles !

Vision 2050

  • En 2050, notre société sera pratiquement neutre en carbone. Les émissions de gaz à effet de serre ont été réduites d’au moins 95 % par rapport à 1990, ce qui est tout à fait conforme à l’Accord de Paris sur le climat.
  • La réalisation des objectifs climatiques nécessitera une réduction drastique de notre consommation d’énergie d’ici 2050. L’énergie que nous consommons encore devra être 100% renouvelable et durable.
  •  En 2050, l’accessibilité aux biens et aux services est ren- contrée pour l’ensemble de la population grâce à une offre abordable de services de mobilité durable. Le recours à la voiture individuelle est devenu l’exception,
  • En 2050, les pouvoirs publics accordent résolument la priorité aux approches préventives en matière de santé, visant à as- surer à tous les citoyens un environnement sain, l’accès à des espaces verts et une alimentation de qualité, et soutenir les modes de transport actifs. Les substances chimiques toxiques ont été éliminées des fi- lières de production et de consommation.
  • En 2050, la production alimentaire est réalisée en équilibre avec la capacité écologique (locale). La consommation de protéines animales est réduite de moitié.
  • Le déclin de la biodiversité ralentit et est stoppé d’ici 2030. À l’horizon 2050, la tendance décroissante est inversée et la biodiversité est préservée, restaurée et reconnue pour sa valeur intrinsèque ainsi que pour sa contribution fondamentale à la prospérité de notre société et au bien-être humain
  •  D’ici 2050, nous disposerons d’un écosystème marin et côtier sûr, sain et multifonctionnel. Les activités économiques n’entravent pas l’équilibre écologique
  • En 2050, l’économie circulaire réduit l’utilisation des matières premières, la production de déchets et la pollution à un minimum absolu, en tenant compte de la capacité écologique.