Myst’AIR élucidé : le péage zonal

Il y a exactement un an, l'accord de coalition bruxellois parlait de péage zonal. Bonne nouvelle, car le péage zonal est selon nous ce qui permettrait de réduire la pression automobile. À l'époque, nous avions donc encouragé le gouvernement bruxellois à prendre les devants d’ une tarification routière intelligente en Belgique. Et ce volontiers dans le cadre d’une consultation interrégionale. Nous remettons le couvert cette année dans le cadre de la première Journée internationale de l'air pur pour des ciels bleus.

Pourquoi un péage zonal ?

Chaque année, 10 000 Belges meurent prématurément à cause de la pollution de l'air. Les enfants développent de l'asthme, plus de personnes âgées souffrent de démence. L'exposition continue à cette pollution entraîne des séquelles sur la santé et l'espérance de vie des fœtus et des enfants. Le bien-être en ville est gravement affecté. En 2018, chaque habitant de Bruxelles fut bloqués dans les embouteillages pendant 195 heures en moyenne.

Une ville plus habitable et saine passe par moins de voitures. Un péage zonal, qui a fait ses preuves avec succès à l’étranger, serait une première pour la Belgique. À Stockholm, le trafic a été réduit de 30 % dans les années qui ont suivi son introduction.

Le péage zonal selon le BRAL

PRINCIPE

  • Le péage zonal permet de répercuter sur l'utilisateur le coût social réel de l’usage de la voiture (pollution de l’air et sonore, embouteillages, etc.). En ville, ce coût est dix fois plus élevé qu'en milieu rural (environ 50 centimes/km en ville).
  • Le péage zonal encourage chacun à réfléchir avant de prendre sa voiture et réduit ainsi la pression qu’elle exerce. Avec un tarif de 3 euros par jour, la congestion à Bruxelles serait déjà réduite de 11 %. (Source : STRATEC, 2012[1])
  • L’automobiliste paie un forfait par zone traversée.
  • Cela s'applique aux voyages entrants et sortants ainsi qu'aux voyages à l'intérieur de la zone.
  • Il est possible de créer une ou des zones au tarif différent ( par exemple, Bruxelles pourrait être couverte par deux zones : le centre-ville et le reste ). On ne paie qu'une fois par zone, quelle que soit la distance.

BUT

  • Réduire tout le trafic automobile dans une certaine zone, et donc réduire les embouteillages
  • Un meilleur cadre de vie, une meilleure qualité de l'air, moins de pollution sonore, une meilleure santé

MATÉRIEL NÉCESSAIRE

  • Des caméras ANPR en divers points de la ville
  • Bases de données des voitures et des propriétaires de voitures
  • Tous ces éléments sont déjà là grâce à la zone à faibles émissions (Low Emission Zone)

COÛT D'INSTALLATION

  • Raisonnable

AVANTAGES

  • Simple et clair : un prix par zone
  • Il est possible de moduler le taux selon le jour et l'heure, ou, par exemple, les revenus.
  • La Région est autonome pour mettre en œuvre la mesure, mesurer son impact et percevoir les revenus. Cela simplifie la gestion administrative.

INCONVENIENTS

  • La distance n'est pas prise en compte. Parcourir 50 km en rond dans une même zone n’est pas plus cher que se rendre dans la rue d’à côté.
  • Tout comme avec la LEZ, il n'est pas toujours possible à l'heure actuelle de taxer les voitures immatriculées à l’étranger. Un accord s’esquisse au niveau européen, mais ce n’est pas pour demain.

EXEMPLES

  • - Londres depuis 2005
  • - Milan est passée d'un péage « cordon » à un péage zonal
  • - Stockholm : lancé en 2007, un référendum à 52% contre, il suscite aujourd’hui une large adhésion

À NE PAS CONFONDRE AVEC

  • Un péage « cordon » autour de Bruxelles, qui ne s'appliquerait qu'aux véhicules entrant depuis l’extérieur de Bruxelles
  • Un péage « kilométrique », bien plus lourd à mettre en œuvre

En bref

Tarifer les trajets en voiture dans Bruxelles peut décourager l’usage de la voiture lorsqu’il n’est pas essentiel. L'introduction d'un péage zonal est assez simple, et il profitera à notre cadre de vie, à la qualité de l'air et à la santé. Avanti !

En savoir plus

Retrouvez notre vision du péage zonal et d'autres propositions pour améliorer la qualité de l’air dans le poster de notre publication Myst'AIR. Une autre publication propose un examen approfondi de la tarification routière.

International Day for Clean Air and Blue Skies

Le 7 septembre, les Nations unies organisent la première Journée internationale de l'air pur pour des ciels bleus. Health and Environment Alliance (HEAL), dont le BRAL est membre, y porte l'attention sur des villes saines pour tous, avec la campagne #CleanAirForAll. Envie de soutenir virtuellement cette campagne ? Partagez cet article avec les hashtags #CleanAirForAll, #CleanAir4Health #CleanAirEU #HealthyCities et #BXLDemandsCleanAir.

[1] Vous pouvez lire cette étude en vous adressant au BRAL.