Picnic The Bridge #02 - Occupation festive de la Porte de Flandre pour une ville apaisée

Photo: Ivan Put

De la petite ceinture à la Grande Promenade

Dans l'agitation et les querelles politiques de ces dernières semaines, on en oublierait presque qu'une grande partie des Bruxellois aspirent à une ville à taille humaine. Une ville à l'air sain, où leurs enfants peuvent jouer dans les rues sans entrave, où les voisins se retrouvent sur un banc dans la verdure. Une ville sans pression automobile, sans insécurité routière et sans pollution sonore. Une ville où il fait bon vivre, pour tout le monde.

La Porte de Flandre est tout le contraire : le symbole prééminent de ce qui ne va pas dans son développement urbain. C'est un endroit sombre, insécure et bruyant. La qualité de l'air y est très mauvaise (comme l'a récemment montré l'enquête citoyenne CurieuzenAir). La petite ceinture, la rue Dansaert et la chaussée de Gand y déversent un flot de voitures continu. Les bus font la file entre les voitures. Les trams frôlent les nombreux écoliers qui traversent. Les piétons et les cyclistes sont amassés sur des trottoirs et passages piétons bien trop étroits. Ils bravent le flux de la circulation au péril de leur vie. Personne n'y reste plus longtemps que nécessaire.

Pourtant, les quartiers autour du canal et de la petite ceinture constituent le véritable centre de la ville : une enfilade de zones résidentielles à forte densité, avec une population jeune vivant dans des logements souvent exigus. Un brassage de commerce, de divertissement, de culture et d’écoles. Pourtant, ces quartiers populaires sont toujours déchirés par une énorme barrière de voitures et le manque d'arbres et d’espaces verts est flagrant. D'ailleurs, n'est-il pas ironique que cette pression automobile particulièrement élevée se situe justement dans des quartiers où la grande majorité des habitants ne possèdent même pas de voiture? Il est urgent d'adopter une autre interprétation : une Grande Promenade verte adaptée aux quartiers populaires environnants. D'une pierre deux coups : plus de déversoir à voitures et enfin un espace vert public digne de ce nom.

Pour appuyer cette demande, nous avons organisé le dimanche 25 septembre un deuxième pique-nique joyeusement désobéissant sur le pont de la Porte de Flandre.

Voici ce que la presse disait :

  • Bruzz: Tweede ‘Picnic the Bridge vraagt alternatief voor brug Vlaamsepoort’
  • BX1: Une action “Picnic the bridge” organisée Porte de Flandre pour demander plus d’espaces cyclistes et piétons
  • RTBF : Mobilité à Bruxelles : "Picnic the bridge" réclame moins de voitures autour de la Porte de Flandre
  • De Morgen : Zo’n 150 mensen picknicken voor groenere Vlaamsepoort in Brussel
  • De Standaard: Buurtbewoners willen groene stadsboulevard op Kleine Ring
  • BRUZZ: Picnic the Bridge organiseert ‘vrolijk ongehoorzame picknick’ aan Vlaamsepoort
  • Het Nieuwsblad: Buurtbewoners zetten vraag naar groene stadsboulevard op Kleine Ring opnieuw kracht bij met ‘ongehoorzame picknick’
  • Pickx: Circa 150 mensen picknicken voor groenere Vlaamsepoort in Brussel

Picnic The Bridge est un collectif d’habitants, commerçants, associations et écoles de la zone du canal de Bruxelles. Il est soutenu par 1080/0, Atelier Groot Eiland, Bar du Canal, Bonnevie, Bral.Brussels, Canal It Up, Citizenne, Critical Mass Brussels, Cyclo Guerilla Bxl, D’Broej, Fietsersbond, Filter Café Filtré, Gracq, Heroes for Zero, Kidical Mass 1080, Molembike, Picnic The Streets, Café Walvis, Walk.