Schaerbeek-Formation : première pièce du puzzle est posée - mais de quel puzzle ?

Pour rappel, 40 ha de Schaerbeek Formation sont encore à vendre. Nous espérons que la Région de Bruxelles-Capitale achètera ce terrain. La question est de savoir ce qui se passera une fois que la Région aura acquis ce terrain. Il ne reste pas grand-chose du remplissage d'origine - une jonction de plusieurs chemins de fer. Quand nous faisions notre grand tour sur le terrain en octobre 2021, nous avions appris que presque toutes les voies ferrées pour ce type de transport viennent tout juste d’être supprimées. Le propriétaire l’a fait pour pouvoir vendre un terrain « prêt à être développé ». Nous trouvions ce fait tout de même étrange pour un site qui veut faire venir des marchandises par train pour ensuite les distribuer dans toute la ville.

Il semble maintenant qu'au moins une bouée de sauvetage restera sur les rails. Il existe un accord pour maintenir la connexion ferroviaire sur l'Avenue de Vilvorde. De cette façon, une partie du site de Schaerbeek-Formation reste reliée par le rail et l'eau. Il s'agit d'un premier maillon important du "développement" industriel de 40 hectares de terrains ferroviaires qui ne sont pas encore exploités.

Si vous pensez spontanément à la friche Josaphat, vous n'êtes pas seul. La bonne nouvelle, c'est que nous avons la chance, à Schaerbeek Formation, de ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs. Entre autres : impliquer les citoyens tardivement dans le processus et ignorer (le potentiel de) la valeur écologique et paysagère du site. Il convient donc avant tout de s'interroger sur le rôle de ce point puissant dans le réseau vert-bleu métropolitain.

Réfléchir au rôle de ce lieu puissant dans le réseau métropolitain vert-bleu est la première priorité.

Développement de la nature

Notre appel : écrivez d'abord votre histoire paysagère et écologique et laissez-y de la place pour les développements économiques souhaités qui évolueront. Nous avons ici une énorme opportunité d'écrire une très belle histoire dont de nombreuses générations seront fières. Si nous savons où nous ne voulons absolument pas construire, nous pouvons garder d'autres parcelles libres pour un éventuel développement. En attendant, la nature peut suivre son cours là aussi. Alors s'il vous plaît, ne détruisez pas tout au bulldozer de temps en temps de peur qu'un oiseau rare y fasse son nid. Vous pouvez en discuter avec les associations de protection de la nature. Le port d'Anvers, par exemple, a conclu un accord de coopération similaire avec Natuurpunt. Un tel accord devrait également être possible ici.

Lors de notre 'Grand Tour Schaerbeek Formation', Bruxelles Environnement a présenté des plans assez ambitieux avec une Senne ouverte et des bras (très) larges qui traversent l'industrie comme des doigts verts-bleus et fonctionnent comme un wadi (collecte d'eau) pour le développement environnant.

Développement industriel

Selon nous, il y a certainement de la place pour un développement logistique/industriel à Schaerbeek Formation. Comme nous sommes favorables à l'utilisation maximale de la logistique par le train et le bateau, nous sommes heureux que la liaison ferroviaire ait été sauvée par cet accord. Pendant longtemps, il a semblé que ce cordon ombilical allait être coupé à cause d'une querelle juridique compliquée. Bruzz l'a bien résumé dans cet article

Il y a un "mais" important. La logistique et l'industrie n'ont de sens pour nous que si elles permettent de désengorger les autoroutes et de sortir de la ville. En bref, l'industrie doit utiliser efficacement l'eau et le rail. Cela va au-delà du site et implique également un plan logistique audacieux.

Pas de boîtes à chaussures s'il vous plaît

Petit trouble-fête : la liaison actuelle n'étant pas entretenue depuis des années, il faudrait poser de nouvelles voies. C'est une autre raison pour les déplacer tous en même temps afin qu'ils n'interfèrent pas avec les développements futurs. Ainsi, une grande partie sera directement accessible par l’Avenue de Vilvorde.

Nous craignons donc qu'une partie du développement industriel consiste en une zone de PME "classique" composée d'entreprises entièrement axées sur le transport routier. Soyons clairs : c'est un NO GO pour le BRAL. Nous ne pouvons pas sacrifier ce site d'avenir à un tel concept du passé.

Conseils complémentaires

Si vous souhaitez en savoir plus sur le site, vous pouvez lire le rapport complet de l'excursion que nous y avons organisée en présence de diverses parties prenantes. Mais nous ne voulons pas vous priver de ces recommandations supplémentaires :

  • Le dossier peut encore évoluer dans une multitude de directions, ne craignez pas d’ouvrir le débat et d’impliquer d’autres associations ainsi que la population bruxelloise. Le site a l’air loin de tout, mais comme le démontrait cette journée, il suscite un intérêt énorme.
  • Ne vous pressez pas de l’assainir : cette opération coûte cher et avant même de vous en rendre compte, vous risquez de développer un terrain pour la seule raison de rentabiliser l’investissement vu qu’il vous aura coûté un bras. Parfois, un simple panneau « Interdiction de manger la terre » suffit, tout en faisant en sorte d’éviter toute pollution des eaux souterraines par exemple.
  • Les travaux de déblai s’annoncent gigantesques. Faites preuve de créativité ! Pourquoi ne pas former de petites collines avec toute cette terre ? Elles peuvent avoir un rôle à jouer en favorisant des microclimats et en atténuant le vent ou le bruit.
  • À la demande d’une des personnes présentes : n’oubliez pas Haren ;) L’idée ambitieuse d’un pont cycliste a un jour été évoquée, même si ce n’est pas une obligation, cette personne précise qu’une structure de ce type serait vraiment utile pour la liaison HarenBruxelles. En tout cas, le site peut remplir une fonction importante en tant qu’axe de mobilité douce. Nord-Sud et Est-Ouest. Mais pour ce faire, il faut envisager la zone au-delà de ses limites. Et donc établir malgré tout un Plan directeur ? Il est préférable de ne pas le faire comme avant. Si vous cherchez de la moutarde, vous la trouverez dans notre mémorandum 2019.

Quoi qu’il en soit, le BRAL attend la suite avec impatience et vous tiendra au courant. Maintenant que la première pièce du puzzle semble être en place - l'accord n'est pas encore juridiquement complet à 100 % - les choses bougent. Il est donc grand temps d'ouvrir le débat !