Le bois de la Cambre 100 % sans voitures ! Un Good Move pour Bruxelles

Les voitures n’ont pas leur place dans le poumon vert de notre capitale. BRAL appelle tou·te·s les Bruxelloix·ses à signer la pétition en faveur d’une fermeture définitive du bois de la Cambre aux voitures. Celui-ci pourrait ensuite servir de modèle pour un Bruxelles à circulation apaisée, comme le prévoit le nouveau plan régional de mobilité Good Move.

Des citoyen·ne·s se mobilisent dans le but de garder les voitures à l’écart de leur bois. Ils·elles ont lancé une pétition et organisé une action en plein air. Lors de la crise liée au coronavirus, le grand public a pris goût à un bois sans voitures (voir aussi les résultats de notre mini enquête). Mais aujourd’hui, la Région, la Ville de Bruxelles et la commune d’Uccle font déjà machine arrière.

La pétition a en tout cas permis que la partie sud du bois de la Cambre reste fermée à la circulation tout l’été. Une solution définitive devra être trouvée par la suite. Ce qui signifie que les négociations dans les coulisses politiques battent déjà leur plein. Le moment est donc particulièrement bien choisi pour demander aussi la libération de la partie nord du bois. BRAL soutient sans réserve les auteur·e·s de la pétition, les voitures doivent être bannies du bois de la Cambre !

Nous vous invitons à signer la pétition et à en parler autour de vous. Battons-nous ensemble pour un Bruxelles nouveau et une circulation apaisée !

Un circuit de course à travers le poumon vert ?

En fait, c’est la logique même. Ce parc, où des milliers de Bruxelloix·ses viennent respirer chaque jour, est l’un des poumons verts de Bruxelles, et on ne fait pas passer des autoroutes urbaines dans ce type d’endroits. Au lieu du calme espéré, les Bruxelloix·ses doivent subir des nuisances sonores[1] et respirer un air pollué, sans compter qu’il est souvent difficile, voire impossible de passer d’une partie du parc à l’autre, sans même parler de la sécurité des piéton·ne·s et des cyclistes qui circulent le long d’une infrastructure conçue comme un circuit de course.

Good Move, une oasis après des années de désert

Dans le même temps, le bois de la Cambre peut devenir un modèle de ce que Good Move apporte à Bruxelles. Comme nous l’expliquions dans notre lecture du nouveau Plan régional de mobilité, ce plan nous fait miroiter des quartiers à circulation apaisée : le trafic de transit doit être cantonné sur les axes principaux afin de libérer de la place dans les quartiers au profit des espaces publics, des piéton·ne·s et des cyclistes. Le bois de la Cambre compte au nombre des endroits où cette vision peut être déployée. La circulation locale en est totalement absente. Si bien que rien n’empêche de le transformer en une grande zone sans voitures où les Bruxelloix·ses pourraient venir prendre l’air et où la faune et la flore[2] auraient toute leur place.

Créé au 19e siècle comme lieu de détente pour la bourgeoise, ce parc boisé s’est transformé en un gigantesque carrefour autoroutier à l’époque du tout à l’auto. Ses avenues sont devenues de larges autoroutes qui voyaient passer toute une partie de la circulation automobile dans le sud-est de Bruxelles. En effet, les arbres ne sont pas en mesure de se plaindre, contrairement aux commerçants de la chaussée de Waterloo.

Lors de la crise liée au coronavirus, la Ville de Bruxelles a fait preuve de leadership. Suivant l’exemple de Central Park à New York, elle a fermé le bois à la circulation, créant ainsi un lieu préservé où les promeneur·se·s et les cyclistes ont pu venir respirer et se détendre pendant le confinement.

Au moment du déconfinement, cette fermeture a été remise en question. Les commerçant·e·s ont repris leur activité et exigé des places de parking ainsi qu’un espace de circulation pour leur clientèle. Sans compter les navetteur·se·s qui ont fait leur retour, même si c’est dans une moindre mesure. La concertation entre la commune d’Uccle, la Ville de Bruxelles et la Région a débouché sur un compromis bancal. La partie sud reste fermée à la circulation, tandis qu’au nord, l’avenue de Diane, l’avenue de la Belle Alliance, l’avenue de la Laiterie, l’avenue de Flore et l’avenue de Cérès ont été rouvertes, comme un double appendice au R21. Au moment même où les vacances d’été commencent et où les besoins en espaces de détente augmentent sensiblement…

La Ville de Bruxelles a cependant annoncé qu’il s’agissait d’une première phase avant de transformer en septembre 80 % du bois en zone sans voitures. La circulation de transit ne serait plus autorisée que sur l’avenue de Diane, qui deviendrait alors une voie à double sens. Le MR a néanmoins sauté sur l’occasion pour affirmer qu’il s’agit d’un des scénarios et que rien n’a encore été décidé.

Ce qui est parfait, car nous avons ainsi la possibilité de demander une nouvelle fois que le bois de la Cambre soit 100 % sans voitures !

Le plan Good Move est clair : le bois de la Cambre constitue une grande maille unifiée au sein de laquelle aucune circulation de transit n’est souhaitée. Faisons donc de ce parc arboré un modèle pour ce Bruxelles apaisé et attrayant que Good Move nous dépeint. 

Vous êtes d’accord ? Signez la pétition et accrochez notre affiche à votre fenêtre ! Vous en trouverez une version en français et une en néerlandais dans les annexes au bas de cette page.

Tim Cassiers

[1] Nulle part dans le bois, les mesures de bruit n’enregistrent une moyenne journalière inférieure à l’indice Lden de 55 dB, le seuil à partir duquel l’Organisation mondiale de la Santé considère que le bruit devient nocif pour la santé, alors même que le plan Bruit le désigne comme zone de confort. Source : Bruxelles Environnement
[2] Le bois de la Cambre est une zone Natura 2000. Il accueille notamment 16 espèces de chauves-souris.