Les Amis du Champ des Possibles - Kelly Vu

ORGANISATION : Les Amis du Champ des Possibles est un projet communautaire innovant qui compte 400 membres. Ceux-ci gèrent une friche, qu’ils ont baptisée Le Champ des Possibles, dans une perspective socioécologique. Ils assurent ainsi la préservation d’un pan de nature sauvage au cœur de Montréal. Toute la difficulté consiste à mettre les habitants du quartier en contact avec la nature sans trop perturber celle-ci. Dans ce cadre, les membres du collectif sont en constante recherche de la synergie idéale entre l’humain qui utilise l’espace et la nature. Le respect pour la nature (sauvage), les interventions artistiques et la protection du patrimoine industriel (vestiges d’un dépôt ferroviaire aujourd’hui disparu) constituent les piliers de leur fonctionnement. Qui comprend également un volet pédagogique (promenades sur le thème des plantes médicinales, observation des insectes avec les enfants, etc.).

PROJET : Le Champ des Possibles est une ancienne friche d’environ 1 ha qui se situe dans la partie est du Mile End. Elle a été menacée par un projet de construction d’un parking, mais grâce aux protestations des membres du projet et à un changement de majorité politique, le terrain a été protégé. Un accord a finalement été conclu entre la commune et la communauté en vue de conserver cet espace vert. Pour Les Amis du Champ des Possibles, il importe avant tout de limiter au maximum les interventions afin de préserver au mieux le caractère vert, calme et sauvage des lieux. Aujourd’hui, la ville projette cependant d’y aménager un véritable parc. À l’heure actuelle, il est donc impossible de prédire l’avenir du Champ des Possibles, patience donc !

« C’est un moyen de lutter contre les espaces planifiés conventionnels. C’est un endroit où se rencontre un grand nombre d’humains, d’insectes et de plantes. À nous de comprendre que ces espaces sont malléables, que nous pouvons les partager avec tout le monde. Dans nos discussions, la question centrale est de savoir ce que nous voulons pour notre ville. » - Kelly Vu