Pourquoi la destruction du socle des tours WTC dans le Quartier Nord ne peut pas passer inaperçue

Personnage multi-facettes, Albert Martens est sociologue, professeur émérite à la KUL, ancien président du BRAL, et last but not least l’un des visages emblématiques des luttes qui ont opposé des citoyens au Plan Manhattan il y a maintenant plus de 50 ans. A l’heure où à nouveau, une page se tourne sur ce plan au travers de la destruction des restes du socle sur lequel les tours devaient s’élever, il nous a écrit cette carte blanche.

La démolition du socle des tours du WTC dans le Quartier Nord ne peut pas passer inaperçue. Ce qui se passe ici et maintenant a une valeur symbolique.

Ici, sous nos yeux, un rêve est en train d'être démoli, un plan pour répandre une prospérité sans fin à Bruxelles, en Belgique et dans le monde entier :  

  • Une forêt de 64 tours 
  • A l'intersection de deux autoroutes (Amsterdam-Paris et Londres-Istanbul)
  • Sur un piédestal, un socle à 13 m de hauteur - où les piétons pouvaient consommer tous les plaisirs de la prospérité.

Il a été dessiné comme le paradis sur terre ! Celui du capitalisme mondial, s’entend. "La civilisation du bon de commande" comme Charlie De Pauw, promoteur immobilier et moteur du plan Manhattan, l’a si poétiquement exprimé à la fin des années 60. Les tours et le socle devaient remplacer les soi-disant taudis. Les maisons de la rue du Téléphone, de la rue des Roses et de l'Impasse des Tapissiers devaient être transformées pour devenir les scintillantes tours du futur.

La vue est maintenant un peu désolée, pitoyable.

Après 53 ans, ce rêve est par terre. Pendant plus de 20 ans, les prescriptions d’urbanisme liées à l’exécution du socle ont bloqué tout changement de plan. C'était tabou. Même à cette époque (depuis 1974 !), beaucoup ont commencé à douter de la faisabilité de ce plan fou. Les promoteurs ne voulaient pas payer pour la construction du piédestal. Les autorités respectives et les trois municipalités non plus... La terre était en jachère. Par la suite, 27 changements de plans ont été nécessaires pour s'en débarrasser.

Aujourd'hui, les maigres restes sont encore en train d'être démolis. Qui fera leur deuil ? Et pourquoi ?
Nous ne pouvons pas oublier. C'est pourquoi, aujourd’hui, nous emportons un morceau de béton avec nous. En souvenir.

Mais à l'avenir, la situation va-t-elle s'améliorer ?

"Transformons le quartier nord en un grand parc", déclare le secrétaire d'État à l'urbanisme, Pascal Smet (one.brussels). Il promet une fois de plus, comme d'autres ministres (entre autres De Saeger (CVP)), le paradis sur terre. Avec une architecture de qualité, "pour que les Bruxellois puissent être fiers de leur ville". Un quartier avec une fonction mixte : bureaux, hôtel, bar sur le toit (roof bar), une grande serre cubique, ... mais aussi des magasins, des logements et des équipements publics. Pour y parvenir : une nouvelle façon de travailler avec les promoteurs dans un dialogue constructif et, en bonus, une toute nouvelle ligne de tramway. Les piétons qui devaient auparavant marcher à une hauteur de 13 m sont maintenant autorisés à marcher et à flâner au rez-de-chaussée.

Maintenant, nous avons à nouveau affaire à un "momentum" et il y a de l'argent.

En surface dans le Quartier Nord, et un peu plus loin tout l’inverse.

A deux pas de ce qui va devenir un grand parc, sur la place Liedts, une tranchée profonde sera creusée dans laquelle une ligne entière de tram (le tram 55) disparaîtra. Sous terre jusqu'à 30 m de profondeur (au square Riga). Là, les piétons et les poussettes n’iront plus en surface, mais dans un métro sous terre. Entre le piédestal et le tunnel, une différence de hauteur de 40m donc.  Là aussi on trouve de l'argent. Les « betonboeren » du passé continuent à travailler, sous terre, et des quartiers entiers sont dans la tourmente le long du tracé du nouveau métro. Va-t-on à nouveau balayer des pans de ville « quasi délabrés » d’un coup de trait sur une table à dessin ?

Nihil novi sub sole (rien de nouveau sous le soleil)

En prenant en main un morceau de socle, nous voulons souligner le fait que (comme les trains) : "un rêve peut en cacher un autre". Si vous comparez les deux campagnes de promotion - celles du passé, il y a 50 ans par le ministre De Saeger (CVP) et M. De Pauw, et les propositions actuelles découlant de la Semaine de l'architecture de 2020 (Archiweek) et de la communication du secrétaire d'État Smet (one.brussels), on jurerait y retrouver les mêmes thèmes, les mêmes promesses, le même merveilleux avenir… Quoi de neuf sous le soleil ?

Ce qui n'a en tout cas pas changé, c'est l'absence d’un responsable final pour l'ensemble des projets. Comme par le passé, une série d’acteurs publics revendique des compétences sur l’aménagement du quartier : trois communes, une Région, un consortium de promoteurs, des ingénieurs, des administrations, etc. Là-dedans, nous ne savons toujours pas qui en portera la responsabilité finale. Tout le monde est compétent, mais de cette finalité personne n'est responsable. C’était le cas dans le passé. Rien de nouveau sous le soleil.  

Désormais un morceau de béton armé nous empêchera d’encore bâtir des plans sur la comète.

Albert Martens
12/11/2020

Nous appelons les Bruxellois à regarder au-delà des grands discours ce qui se trouve vraiment dans chaque projet. Perspective demande actuellement le point de vue des Bruxellois sur la zone "Territoire Nord", jusqu'au 7 décembre. Faites-nous part de votre avis !

Le lecteur intéressé pourra trouver une description détaillée de la mise en œuvre du Plan Manhattan sur le site  www.quartiernord.be